Skip to main content

Vie et mémoires du vieux Granville

Pourquoi cette association ?

Il nous a semblé nécessaire de créer cette association afin que le patrimoine granvillais soit mieux respecté, mieux restauré et que l’évolution par ailleurs indispensable de la ville le prenne en compte, s’appuie sur lui et ne le fasse pas disparaître.

Il faut que la vie reprenne autour de ce patrimoine qui est un des plus riches de la région et qui, malheureusement, n’a pas la reconnaissance qu’il mérite.

Le patrimoine sans la vie n’est plus rien, la vie sans le patrimoine et ses mémoires est une vie sans racines et un arbre sans ses racines dépérit et meurt.

Le Vieux Granville ce sont tous les quartiers où s’est faite l’histoire de Granville :
La Haute-Ville, le Roc, le Port, la rue du Port, la rue des Juifs, la Tranchée, le Cours Jonville, le quartier Saint-Paul, le Calvaire, le quartier Saint-Nicolas,

Hacqueville, le quartier maritime des Iles Chausey, etc....

LA HORIE

"La Horie, une destruction annoncée

 

Vie et Mémoires du Vieux Granville avait rencontré Mme Baudry et M.Blanchet, maire et maire adjoint à l'urbanisme de Granville, ainsi que l’association St Yves, légataire et donc propriétaire du domaine de la Horie.

Nous avons vite compris quelles étaient leurs motivations :

L’association St Yves voulait recevoir un maximum d'argent et la ville souhaitait permettre de construire à tout prix pour toucher plus de taxes locales. Ils étaient faits pour s’entendre. La municipalité actuelle, fidèle à elle-même dans sa politique patrimoniale : la vente ou l'abandon, va offrir le permis de construire, fait sur mesure, au propriétaire et à son investisseur. Tout cela en dépit de l'avis défavorable des Services d'Etat, dans ce cas précis, la Commission Départementale de la Nature des Paysages et des Sites, qui s'est prononcé à l'unanimité contre l'abattage de ces arbres centenaires formant l'espace boisé classé du domaine.

Madame de Lomas, petite fille de l'Amiral d'Empire Jacques Epron de la Horie, aurait beaucoup apprécié que son legs et ses conditions attachées soient trahis sans vergogne moins de cent ans après ! Les mensonges, les approximations, les interprétations, les combines, l'irrespect du patrimoine et des racines de la Ville pèsent de plus en plus lourd sur le présent et l'avenir de la commune et de ses habitants. Il est grand temps que ce climat aux relents d’affairisme s'arrête ! Quelle image détestable pour notre ville !

 Vie et Mémoires du Vieux Granville ainsi que d'autres associations espèrent enrayer ce projet y compris en cas d'urgence : abattage des arbres de l'espace boisé classé qui en aucun cas ne seront remplacés ! "

 

Musée du Vieux Granville

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Musée d'Art et d'Histoire de la ville de Granville ou la grande illusion !

 

Premier acte

. On trouve de la vrillette dans les locaux de la Grand' Porte alors on ferme pour travaux.

. Sans doute poussé par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), on décide de faire le récolement (4 % en 3 ans) et de faire de la Halle au Blé un lieu de stockage pour les collections. ADIEU le lieu d'exposition.

Deuxième acte

. On découvre un Courbet alors que trois tableaux de Courbet avaient été légués par la famille Boisnard Grandmaison à la fin du XIXè et étaient inventoriés dans les collections du musée.

. On fait le check-up du tableau.

. On vérifie que l'œuvre est bien du peintre.

. On crie au miracle.

. On l'expose « en majesté » au musée Richard Anacréon.

. On fait des visites commentées.

 Troisième acte

. On fait partir le tableau au musée Gustave Courbet à Ornans pour un an.

. La toile devrait prendre le chemin du retour vers Granville fin 2018. N'en doutons pas nous serons informés car les communiqués seront nombreux et largement repris par la presse.

. Pendant ce temps on vide la Grand' Porte qui conservait toujours une partie des collections.

. On envisage un emprunt pour l'aménagement de la Halle au Blé.

.  Estimation du coût de l'opération : 80 000 euros, désamiantage, 20 000 euros, « diagnostic ».

. Durant ce temps (plus de trois ans de mandat), pas la moindre réflexion sur le devenir du musée, pas l'ombre d'un éventuel projet culturel pour la ville, pas le moindre début de travaux, qu'un semblant d'action par le biais de la communication sur un tableau ….

L'équipe municipale actuelle, pour laquelle seul le musée Dior a un intérêt, n'aura donné pendant sa mandature que l’illusion de faire de la culture.

SAUVONS SAINT-PAUL

Alerte !

"Elément incontournable du paysage urbain granvillais, l'église St Paul est un repère que l'on arrive par la terre ou par la mer. Elle est omniprésente sur la ville. Symbole du patrimoine religieux du XIXème siècle, elle offre du haut de son parvis un des plus beaux points de vue de la ville.
Notre crainte est une cession par la ville à un privé qui pourrait amener une dérive immobilière... L'église St Paul n'est pas une case d'un jeu de Monopoly, même désaffectée elle reste et restera sacrée dans le cœur des Granvillais."

JE SUIS

CARNAVALIER

JE SUIS

GRANVILLAIS

 

PAS ALCOOLIQUE …

La maison orange rue St Gaud

La rue Saint Gaud, classée dans les documents d'urbanisme de la ville comme rue patrimoniale vient de voir fleurir une façade "orange", orange comme un pot, orange comme panneau.


Granville n'a pas souffert des bombardements de 1944 et ne peut être qualifiée de ville de la reconstruction ! Pas pour la municipalité qui semble croire que Granville ressemble à la Haye du Puits ou encore à Saint Lô dont l'architecture simple, due aux besoins rapides de logements, a été agrémentée par des façades de couleur qui, avec le temps, ont du mal à supporter les aléas climatiques de la Normandie !


On marche sur la tête !

Une terrasse de trop...

Depuis l'avènement de la municipalité actuelle le constat de méconnaissance de la richesse du patrimoine de la ville ne fait que se confirmer.

Le dernier exemple est la réalisation d'un logement avec sa terrasse privée dans le site inscrit du Roc et de la Haute Ville, en adossement de la caserne Gênes-Champagne (résidence Vauban), inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, dans les abords de monuments historiques, en zone rouge du PPRN (risques naturels) et en parfaite co-visibilité avec le lieu le plus protégé et le plus emblématique de la ville de Granville.

 C'est pourquoi l'association Vie et Mémoires du Vieux Granville et Monsieur Marc Verdier, ancien maire de la ville, viennent d'envoyer à la mairie un recours gracieux contre son arrêté qui permet cette construction en complète infraction aux textes de protection du patrimoine et à de nombreuses réglementations d'urbanisme.

 Vu l'importance des contraventions ainsi commises nous avons par ailleurs saisi le Directeur Régional des Affaires Culturelles  de ce dossier.

Square-Marland, suite...

"Ce ne sont pas les habitants de la Haute-Ville qui ont fait revoir le projet du square Marland mais plutôt l'avis défavorable des Bâtiments de France. En effet le projet "grandiose" de la municipalité concernant ce lieu si particulier a été retoqué et le Cabinet mandaté pour ce projet doit revoir le projet vers un aménagement beaucoup plus sobre, plus facile d'entretien et surtout conforme au lieu !

Afin de justifier sa reculade, la Municipalité trouve toujours de bonnes raisons derrière lesquelles elle a besoin de s'abriter, dans le cas présent elle s'abrite derrière les habitants de la Haute Ville !"